Violences conjugales dans l'Aude : il fracture le tibia de sa femme à coups de pied

Abonnés
  • Le mari violent a été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt, dans l'attente d'être jugé.
    Le mari violent a été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt, dans l'attente d'être jugé. Independant - Claude Boyer
Publié le

Ce jeudi 17 décembre, un homme de 68 ans devait être jugé, en comparution immédiate, devant le tribunal de Carcassonne, mais il a sollicité un délai pour préparer sa défense. Placé sous mandat de dépôt, il sera finalement jugé le 14 janvier 2021.

Sorti tout droit de garde à vue, c'est sous escorte de la gendarmerie que Bernard F. est arrivé devant le tribunal correctionnel de Carcassonne, pour y être jugé en comparution immédiate. A ce Carcassonnais de 68 ans, il était reproché des "violences habituelles suivies d'une incapacité supérieure à 8 jours par conjoint", commises à Villemoustaussou entre le 13 décembre 2014 et le 13 décembre 2020.

Ce jeudi après-midi, comme la loi l'y autorise, le prévenu a sollicité un délai court, entre deux et six semaines, afin de pouvoir préparer sa défense avec Me Claire Maynié, qui l'assiste. Le tribunal ne pouvant dès lors aborder les faits sur le fond, il s'est agi pour lui de statuer sur les mesures de sûreté à prendre à l'encontre du mis en cause, dans l'attente qu'il soit jugé ultérieurement.

Sur la personnalité du sexagénaire, artisan peintre à son compte, on apprend ainsi que son casier judiciaire est vierge. Il est père de deux grands enfants, dont une fille avec qui il n'a plus de lien. Sa femme, victime dans ce dossier, travaillait avec lui. De l'expertise psychiatrique pratiquée, on retient qu'il a "une intempérance alcoolique" depuis des lustres. Pour la victime, qui s'est vue prescrire 30 jours d'ITT et qui est toujours hospitalisée, Me Chloë Demeret a demandé au tribunal que des mesures d'éloignement soient prises.

Un contexte de violences graves et répétées, avec un risque de féminicide !

Au ministère public, la procureure, Florence Galtier, a fermement requis un placement en détention à l'encontre du prévenu, "car outre la gravité des faits dénoncés, nous sommes dans un cas extrêmement à risque..." Le dimanche 13 décembre, on découvre ainsi que la victime a été frappée à coups de poing, avant de se voir casser le tibia à coups de pied. "Vous avez refusé d'appeler les secours sur le moment, et elle a dû se traîner jusqu'au lit. C'est le  lendemain que vous les avez appelés", a indiqué la procureure de la République de Carcassonne

Et la magistrate de revenir sur "le contexte de violences graves et répétées, avec un risque de féminicide ! Ce n'est pas elle qui a donné l'alerte, mais l'hôpital qui a joint la police. C'est une véritable grenade et on ne sait pas ce qu'il fera quand elle va dégoupiller..."

A la défense, Me Claire Maynié a plaidé pour un placement sous contrôle judiciaire, en assurant que son client respectera les obligations qui seront les siennes : "Il reconnaît les faits et sait leur gravité." Après en avoir délibéré, le tribunal a délivré un mandat de dépôt à l'encontre du prévenu, dans l'attente qu'il soit jugé, le jeudi 14 janvier 2021, à 14 h.

(SOURCE : L'INDEPENDANT)

Yannick Bonnefoy
L'immobilier à Villemoustaussou

399000 €

Magnifique villa de plain pied sur un terrain sans vis à vis de 1100 m². Le[...]

199900 €

A Villemoustaussou, à 5min de Carcassonne, venez découvrir cette charmante [...]

570000 €

Magnifique villa de 220 m2 sur un terrain de 1 ha 100 avec de belles presta[...]

Toutes les annonces immobilières de Villemoustaussou