Région Occitanie : face au défi climatique, le budget 2021 passe au vert

Abonnés
  • Carole Delga, ce jeudi, depuis l’hémicycle de Toulouse. Carole Delga, ce jeudi, depuis l’hémicycle de Toulouse.
    Carole Delga, ce jeudi, depuis l’hémicycle de Toulouse. R. Saada / Région
Publié le

Le "Green new deal" et l’esprit de la politique régionale ont été, ce jeudi, au cœur des discussions qui ont précédé à l’adoption du budget primitif en assemblée plénière.

Réunis en assemblée plénière, dans un format restreint (pour les quelques élus qui siégeaient dans les hémicycles de Toulouse et Montpellier) et en visioconférence, les conseillers régionaux ont adopté le budget primitif 2021, largement présenté mercredi dans ces colonnes.

Un budget hors normes car élaboré dans un contexte de crise sanitaire et économique inédit. Contexte, comme le rappelaient Carole Delga, présidente de Région, et Claire Fita, présidente de la commission finances, dont "l’impact se matérialise par une relative stabilisation des ressources 2021 à l’exception de deux recettes à caractère exceptionnel liées aux plans de relance français et européen. La seconde incidence concerne l’accroissement de l’encours de dette évoqué dans le cadre du débat sur les orientations budgétaires 2021 et découlant, pour une large part, de la mise en œuvre des plans d’urgence et de relance. Mais la qualité des paramètres financiers d’avant-crise permet à la Région Occitanie de conserver des capacités d’action à moyen terme."

D’où une politique d’investissements qui s’élèvera à hauteur de 1,4 milliard d’euros, pour un budget primitif 2021 d’un montant global de 3,74 milliards.

Des dépenses classées "sous l’angle climat"

Un budget également marqué par son empreinte verte. Dans le cadre de son pacte régional vert (le Green new deal), "la Région innove et devient la première Région de France à initier à l’occasion du vote du budget 2021 une démarche de classification de ses dépenses sous l’angle "climat", a rappelé Carole Delga. Ce travail de transparence, c’est aussi une évidence en cohérence complète avec notre politique régionale et notre stratégie Région à énergie positive. Nous avons ainsi annexé au budget un budget vert qui qualifie les dépenses en très favorables, plutôt favorables, neutres ou défavorables", détaillait-elle.

Des choix pas unanimement jugés parmi les plus opportuns. Car si, dans les discussions qui ont précédé le vote, on ne releva logiquement que peu de fausses notes dans la majorité (les écologistes, par la voix de l’Héraultais Christian Dupraz, ont cependant regretté une "rupture" pas assez marquée dans le sens d’une transition écologique), d’autres, dans les rangs de l’opposition, ont fait entendre des avis plus circonspects, voire hostiles.

L’Insoumis Guilhem Serieys jugea même "désastreux les choix que porte la Région pour l’environnement", évoquant par exemple "le méga-projet de port à Port-la-Nouvelle".

"Ce budget n’est pas vert, les politiques sont insuffisantes, il ne permet pas de changer de braquet", regretta aussi Myriam Martin (non inscrite).

"Protéger la nature, les biens, les populations"

Et si Julien Sanchez, pour le Rassemblement national, insista surtout sur l’augmentation de la dette ("C’est une catastrophe"), et "l’aggravation, un peu plus chaque année, des dépenses hors compétences obligatoires, ce qui est délirant au vu de ce que vous empruntez", Christophe Rivenq, président du groupe de l’Union de la droite et du centre, remit le pacte vert régional au centre des débats : "Le Green new deal est devenu le Saint-Graal de notre collectivité. Vous en avez fait une marque ombrelle de votre politique, en empruntant aux techniques du marketing. Mais à vouloir être partout, la Région n’est nulle part", tança-t-il.

Autant de critiques ou d’observations qui n’empêchèrent pas que le sujet revienne un peu plus tard lors de cette assemblée plénière, cette fois sous la forme d’un rapport dédié au "plan d’adaptation au changement climatique pour mieux protéger les populations, les biens et la nature". Adopté lui aussi.

En 2021, hors emprunt, 3,1 milliards de ressources pour la Région

3,1 milliards de ressources, hors emprunt, sont inscrites au budget primitif 2021.

Parmi les principales recettes figurent celles issues de la fiscalité (1,88  milliard d’euros, TVA et cartes grises notamment), les fonds européens (585,9 millions), les dotations et participations de l’État (433,2 millions), des recettes diverses (163 millions d’attributions de compensation ou de participations, des Départements par exemple), et les recettes d’exploitation (31 millions).

 

Vincent COSTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Anonyme158267 Il y a 1 mois Le 18/12/2020 à 19:15

C'est comme la taxe des ordures ménagères. est passée au rouge A MAUREILHAN. . C'est un beau cadeau de Giscard d'Estaing. qui a mit cette idée dans la tête des socialistes. La taxe des ordures ménagères. Rapporte énormément d'argent aux communautés des communes. C'est une taxe injuste. Cette taxe devrait être calculée sur le poids. Et non sur la taxe foncière. Un président d'une communauté de communes socialistes disait. Nous avons fait une erreur d'avoir mit cette taxe sur la taxe foncière. Il faudrait revoir cette taxe. Et là calculée sur le poids.

Thau et Matinal Il y a 1 mois Le 18/12/2020 à 17:05

Quand tout passe au vert , tout vire au rouge ensuite ....mais on le savait le vert et le rouge c'est bonnet blanc et blanc b"e"nêt.