Quel avenir pour le Parc Montcalm à Montpellier ? Retour sur douze ans de péripéties

Abonnés
  • Une enquête d’utilité publique démarre le 29 décembre afin "d’inscrire dans le marbre" la sanctuarisation.
    Une enquête d’utilité publique démarre le 29 décembre afin "d’inscrire dans le marbre" la sanctuarisation. Midi Libre - RICHARD DE HULLESSEN
Publié le , mis à jour

Le parc a été sanctuarisé le 30 novembre dernier par Michaël Delafosse. Initialement, il était prévu que la ligne 5 du tramway le traverse et que 600 logements y soient construits.

En 2008, alors que l’État annonce un redéploiement des sites militaires sur le territoire, la municipalité de l’époque, tout en déplorant cette décision de priver Montpellier de ses sites militaires, reste "consciente de l’importance stratégique du site de l’EAI (École d’Application d’Infanterie) par sa taille et par sa localisation", selon un extrait du conseil municipal du 22 décembre 2008.

La municipalité instaure alors un périmètre d’étude afin d’en faire le support d’un projet urbain majeur. Le site de l’EAI comprend le parc Montcalm ainsi que les bâtiments de l’ancienne caserne.

Acquisition du site

Après en avoir autorisé l’accès aux Montpelliérains en 2011, la municipalité achète l’EAI pour un montant de 19 M€. Ce coût, représentant 50 € le m², sera amorti avec le projet d’urbanisation mêlant commerces, écoles et logements (avec une partie des habitations sur une parcelle du parc).

Les premières grognes se font alors entendre et des citoyens commencent à tirer la sonnette d’alarme, à l’instar des Gardiens de Montcalm, l’association qui lutte pour la préservation du parc.

Que faire à Montcalm ?

"On peut y faire du sport, se balader, se rassembler… Socialement, nous voulons que tout le monde s’y retrouve dans ce parc. C’est pour cela que nous souhaiterions des consultations pour l’aménager avec l’aval du plus grand nombre", avance Jean-Michel Justamon des Gardiens de Montcalm

La présentation du projet d’aménagement du parc

Les 38 ha que représente le site de l’EAI (dont 23 de parc) sont totalement repensés. Des petits quartiers aux airs de faubourg, des écoles, le tramway, une cité de créateur, etc. L’emprise du parc n’est plus que de 15 ha à la fin du projet, selon le procès-verbal du Conseil Municipal du 26 mars 2012.

La construction de logement et la traversée du tramway font monter la colère des associations. Elles déplorent que le parc, "poumon vert de la ville", soit réduit.

Création de la ZAC EAI

Après l’élection de Philippe Saurel en 2014, les cartes sont rebattues. Le nouveau maire assure, comme il le promettait dans ses tracts de campagne, vouloir sanctuariser le parc afin de le préserver. Néanmoins, en novembre 2016, l’élu crée la ZAC (Zone d’Aménagement Concertée) de l’EAI.

Exit le tramway dans le parc. Reste toujours des logements qui vont s’y construire. En effet, la ZAC comprend l’espace de l’ancienne caserne (hors du parc) mais aussi 3 ha dans le parc où il est prévu la construction de 600 logements. La grogne repart de plus belle.

Sanctuarisation de l’expace nature

Des recours devant les tribunaux et des élections municipales plus tard (le projet est à nouveau au cœur des débats), le parc Montcalm est enfin sanctuarisé en novembre dernier. Exit les logements. Il ne reste plus alors qu’à valider, juridiquement, cette décision.

Quelle est la suite pour Montcalm ?

Bien que sanctuarisé, l’avenir du parc Montcalm n’est pas encore totalement défini. Jean-Michel Justamon, membre de l’association Les Gardiens de Montcalm, nous annonce les étapes importantes de 2021.

"D’un point de vue politique, c’est acté. D’un point de vue juridique, il y a cette enquête qui viendra valider la non-construction des logements et des bassins de rétention", affirme-t-il.

Cette enquête est préliminiare à une Déclaration d’utilité publique. Elle commencera le 29 décembre prochain et va durer un mois. Elle a pour but de modifier la ZAC actuelle, respectivement aux propos énoncés par Michaël Delafosse. "Cela permettra d’inscrire dans le marbre cette sanctuarisation du parc." 

En plus de la DUP, en 2021, "la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) sera décisive puisqu’elle permettra de classer les 3 ha de parc, faisant partis de la ZAC, en zone non constructible. C’est à cet endroit que devaient être construits les 600 logements."

La question des bassins de rétention devrait aussi connaître une fin positive pour les défenseurs du parc. "Avec l’étude hydraulique étendue à l’ensemble du quartier, qui est lui aussi inondable, nous espérons que la municipalité se rendra compte que la construction des bassins à l’intérieur du parc n’est pas possible." Contactée par Midi Libre, la municipalité n’a pas répondu à nos questions quant à l’avenir de Montcalm.

Thomas Valognes
Sur le même sujet
L'immobilier à Montpellier

80 €

Montpellier Boutonnet - Pré aux Clercs - La Clairière ! Rare ! Dans résiden[...]

254000 €

Idéalement situé à MONTPELLIER, logement de type T2 d’une surface habitable[...]

340000 €

Nous vous proposons un bel appartement t4 au 1er étage d'une superficie de [...]

Toutes les annonces immobilières de Montpellier