Les data centers d’IBM Montpellier en passe d’être cédés, 200 salariés concernés par un plan social

  • Les deux clouds data centers d’IBM Montpellier hébergent les données des plus grands groupes français.
    Les deux clouds data centers d’IBM Montpellier hébergent les données des plus grands groupes français. MIDI LIBRE - JEAN MICHEL MART
Publié le , mis à jour

En 2021, la baisse des effectifs continue chez le géant américain avec un plan social et la cession (plus que probable) des clouds du Millénaire et de Grabels à une entité spécialement créée.

"Quand j’ai posé la question au chef d’établissement d’IBM Montpellier, pour savoir si les salariés et les data de Montpellier étaient concernés, il a dit oui." Pour Denis Gras, responsable syndical CGT, ce n’est plus une inquiétude, c’est une bataille.

Il s’agit de sauver ce qui peut encore l’être. "La direction France SAS prévoit de supprimer 1251 postes sur 5 082, soit un quart de l’effectif, explique Denis Gras. A Montpellier, il reste 400 actifs, hors préretraités."

L’activité GTS-IS impliquée

Combien en restera-t-il à la fin de l’année 2021 ? Sachant qu’un plan social arrive pour le mois de juin. Ce mercredi, un CSE (comité social et économique) en visio a été l’occasion pour IBM France de lancer la première information légale sur le sujet. Elle concerne un plan de sauvegarde de l’emploi.

La seconde lame est prévue pour la fin de l’année 2021 avec la création d’une nouvelle société, NewCo, créée par IBM mais "sans lien capitalistique" avec le géant américain, relève le représentant de la CGT.

"Le nouveau PDG d’IBM, Arvind Krishna (il est arrivé en avril), nous a annoncé en octobre la cession des activités d’infogérance. C’est quoi ? Parmi toutes les activités d’IBM, il y a la gestion informatique pour le compte des clients. Nous, on l’appelle "l’out sourcing". Dans le monde, cela concerne 90 000 des 360 000 IBMers, soit 25 % de l’effectif. Cela implique Montpellier, avec l’activité GTS-IS."

"Personne n’a envie d’aller chez NewCo"

Et cela implique surtout IBM Montpellier dans ce qui est son dernier fleuron depuis la fin de l’ultime unité de production, le Gars, au 1er août dernier. Cette fois donc, ce sont les data centers qui sont impactés : celui du Millénaire et celui de Grabels, ce dernier inauguré en grande pompe le 12 octobre 2012.  En un mot : les fameux clouds, pour des grands groupes français, dont la plupart du Cac 40.

Les deux sites devraient donc être concernés par la cession. Cela implique une centaine de salariés. Problème, "personne n’a envie d’aller chez NewCo. On nous vend cela comme une super opportunité de croissance, mais c’est du baratin. C’est juste qu’il n’y a pas de rentabilité sur cette activité. En revanche, on peut s’attendre à une très forte dégradation des conditions de travail." Et de salaire.

À IBM France, l’âge moyen est de 54 ans pour un revenu annuel moyen de 70 000 € bruts. "En Inde, puisqu’IBM Inde, c’est 150 000 personnes, c’est dix fois moins, et le droit du travail vient d’y être suspendu pour trois ans", s’insurge Denis Gras. Montpellier peut-il lutter ? Certainement pas. Alors entre un plan social cet été et la cession de l’infogérance à la fin de l’année, "cela correspond à près de 200 personnes en moins à Montpellier."

Fin 2021, IBM Montpellier ne devrait plus compter que 200 agents. Pour rappel, présent depuis 1965 au bout de la rue de la Vieille-Poste, le géant américain a compté jusqu’à 3 300 salariés.

La réponse s’organise. Et la direction réagit

Motion : à l’issue du CSE central, retransmis ce mercredi à Montpellier, les syndicats ont voté une motion. "Nous allons attaquer en justice ce PSE, confie Denis Gras. La raison principale, c’est la déloyauté sur le manque d’informations sur la scission qui aura lieu après. Nous allons utiliser tous les recours nécessaires." 

La direction s'exprime : sollicité quant au futur du site de Montpellier, IBM France, par la voix de Sandrine Durupt, en charge de la communication externe, a réagi : "Nos décisions en matière de personnel sont prises afin de fournir le meilleur accompagnement à nos clients dans l’adoption d’une plateforme de cloud hybride ouverte et de capacités d’IA. Et nous investissons dans ces domaines. Nous continuons également à réaliser des investissements importants dans la formation et le développement des compétences des IBMers, afin de répondre au mieux aux besoins de nos clients." Cela veut-il dire que les effectifs restant seront pérennisés à Montpellier ? Pas si sûr.

Thierry JOUGLA
L'immobilier à Montpellier

303314 €

Montpellier sud-ouest continuité de Port Marianne T4 retour à la vente !. A[...]

260000 €

MONTPELLIER - HOPITAUX FACULTES (PROXIMITE AIGUELONGUE)A 10min de la célèbr[...]

850 €

Quartier Ovalie. Bel appartement traversant de type 3 pièces situé au 3ème [...]

Toutes les annonces immobilières de Montpellier