Consommation : un jouet sur huit n'est pas conforme et même dangereux pour les enfants

  • La DGCCRF conseille aux consommateurs de privilégier les marchands connus et les productions européennes.
    La DGCCRF conseille aux consommateurs de privilégier les marchands connus et les productions européennes. Midi Libre - PIERRE SALIBA
Publié le

Risques d'étouffement, de brûlure, de chute, nocivité des composants : les analyses effectuées par la direction des fraudes dans le cadre de son suivi annuel démontrent que 12% des jouets posent problème, de façon plus ou moins grave. Mais sur certains produits ciblés dans le cadre d'une étude spécifique, ce taux monte à un sur six.

La Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes a publié, ce jeudi, une vaste analyse sur la sécurité des jouets, dont les conclusions sont susceptibles d'inciter les consommateurs à faire évoluer leurs pratiques d'achat : les non-conformités sont plus nombreuses s'agissant de jouets achetés sur certains sites en ligne, par rapport aux ventes en magasin. "Pour certains jouets, des taux de non-conformités qui pouvaient atteindre plus de 75%", indique Romain Roussel, de la DGCCRF, cité par franceinfo ce jeudi.

| ?️‍♀️#enquêteDGCCRF |
Sur près de 10 200 actions de contrôle (tous établissements confondus), le taux d’anomalie relevé sur les #jouets s’élève à 12,6 %.#Noel #Noel2020
?https://t.co/WuWk2lTzP7 pic.twitter.com/3Lh6VNmH9n

— DGCCRF (@dgccrf) December 17, 2020

Du défaut d'information à la nocivité chimique

Dans le cadre de leurs contrôles, en visant certains produits spécifiquement, "les enquêteurs de la DGCCRF ont prélevé 760 jouets qui ont ensuite été analysés" par les laboratoires de la direction des fraudes. Pour 16% d'entre eux, ces jouets n'étaient pas dans les clous de la réglementation et ont été déclarés "non-conformes et dangereux", soit un sur six.

Lorsque les prélèvements dans les magasins, les usines, etc. sont effectués de façon aléatoire, le taux est de un sur huit, 12,6%.

Les manquements couvrent un large spectre. Du défaut d'information, qui inclut l'absence de la marque CE ou des notices non traduites en français, à des jouets présentant un réel danger pour l'enfant. Les contrôleurs ont ainsi relevé des risques de suffocation ou d'étouffement, de brûlure, d'étranglement, de chute et donc de blessure ou encore de lésion oculaire, à cause de leds trop puissantes.

La protection des consommateurs est cœur des préoccupations de la @dgccrf, en particulier durant les fêtes.

Les fabricants de jouets comme les distributeurs doivent respecter la réglementation obligatoire en matière de sécurité. Il en va de la santé de nos enfants. https://t.co/K8SHI6gN5N

— Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire) December 17, 2020

Les petites pièces détachables sont le danger le plus courant

Le recours de certains fabricants à des substances dangereuses (phtalates dans les PVC, nitrosamines dans les ballons de baudruche, etc.), à des  métaux lourds (plomb, nickel, cuivre, etc.) expose les enfants à une possible intoxication, tout comme peut s'avérer nocif l'emploi de substances parfumantes allergisantes.

"La principale cause de dangerosité enregistrée en 2019 reste la présence de petits éléments dans les jouets destinés aux enfants de moins de 3 ans", souligne la DGCCRF, qui indique que les produits non-conformes ont été retirés de la vente et des procédures de rappel enclenchées. En 2019, "plus de 117000 produits ont été détruits dont 32962 peintures aux doigts, 20270 slimes, 14363 peluches, 9700 déguisements, 3217 palettes de maquillage et 1400 poupées", liste l'administration.

Privilégier les vendeurs connus et les produits européens

La DGCCRF s'est du coup intéressée à la manière dont ces jouets ont été commercialisés, observant donc que "les taux de non-conformités des jouets prélevés sont nettement plus élevés" pour des jouets vendus en ligne sur certaines places de marché.

Elle en conclut que les consommateurs devraient s'orienter prioritairement vers des e-commerçants connus et des jouets fabriqués dans l'Union européenne. "Ce qui présente des garanties supérieures en termes de respect de la norme CE", précise Romain Roussel, à franceinfo.

MIDI LIBRE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (10)
GRrespectNoToRacism Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 19:26

froment Il y a 1 heure si un jouet sur 8 est non conforme et même dangereux expliquez moi pourquoi ils sont en vente dans nos boutiques?

Rien n'arrête les capitalistes, même mettre en danger nos enfants, et les leurs d'ailleurs.

GRrespectNoToRacism Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 19:24

Gréta n'achète que l'occasion recyclée, elle à tout comprit

Blys Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 19:24

C'est "sympa" de permettre aux lecteurs de s'exprimer sur ce genre de... "sujet"?...
Mais quand on constate le type de sujet, pourtant au coeur de la vie du citoyen, sur lesquels il est impossible de poster un commentaire...
Enfin, je dis ça...

odette Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 18:57

et si c'était l'enfant qui était dangereux pour le jouet ?

GRrespectNoToRacism Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 19:25

??? tu en as?

Alex Peau Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 17:59

Pour ma part je pense que tout ce qui est "made in China" est nocif pour notre santé et notre économie.

froment Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 17:54

si un jouet sur 8 est non conforme et même dangereux expliquez moi pourquoi ils sont en vente dans nos boutiques?

Négocions Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 18:21

Parce que le marquage CE sur les jouets relève de l'auto-certification. Vous déclarez que l'objet que vous importez est conforme à la réglementation européenne. Si ce n'est pas le cas, vous êtes en tort, mais il a été vendu quand même. Dans d'autres domaines les contrôles sont faits a priori.

petitou30 Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 17:51

''On'' parle toujours du 1 sur 8 mais jamais des 7 restants.

golgoth30 Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 17:30

Moi petit j'avais une chouette bleu, elle faisait lampe de chevet, on me la plaçait au dessus d'une armoire le soir avant que je m'endorme...
Et puis un jour la chouette bleu c'est transformé en phénix de ces lieux toutes flammes dehors.
On a du bol et pu arrêter le sinistre in extremis.