Tensions dans les Ehpad d'Occitanie : un numéro d'appel pour les familles et les résidents

  • Les droits de visite aux familles suscitent des conflits.
    Les droits de visite aux familles suscitent des conflits. Midi Libre - S. G.
Publié le

Un numéro d'appel régional est créé par l'Agence régionale de santé pour résoudre les ruptures de dialogue dues au protocole sanitaire dans les Ehpad d'Occitanie. Une initiative quasiment unique en France.

Pas sûr que l’assouplissement du protocole sanitaire des Ehpad face au Covid, pendant les fêtes, apaise les tensions. Confrontées à "une demande forte d’accompagnement face aux situations de rupture de dialogue dans les Ehpad" dans le contexte de l’épidémie, l’Agence régionale de santé Occitanie, France Assos Santé Occitanie et l’Espace régional de réflexion éthique ont lancé mercredi 16 décembre le dispositif Saede (Service d’accompagnement, d’écoute et de dialogue éthique).

Il se traduit par l’activation, dès vendredi, d’un numéro d’appel régional pour les résidents, les familles, les Ehpad.

L’initiative est unique, ou quasiment, en France : "La Nouvelle Aquitaine a lancé un dispositif semblable, géré par l’association France Alzheimer, il y a trois semaines", indique Jacques Lagarrigue, vice-président du conseil d’orientation de l’Espace de réflexion éthique.

On part d’un vécu difficile sur le terrain

"On part d’un vécu difficile sur le terrain, des usagers qui vivent l’isolement comme un abandon du soin", souligne Jean-Michel Bruel, président de France Assos, déjà saisi d’un cas : "J’habite à 10 000 km, je vois ma mère une fois par an, et pendant les quinze jours de mon séjour, j’aurai droit à 30 minutes avec elle", s’est émue la fille d’une résidente d’Ehpad.

Par téléphone ou par mail

La permanence du dispositif Saede est ouverte les lundis et mercredis de 15 h à 17 h, le vendredi de 10 h à 12 h, au 0 801 902 303. Hors de ces horaires, un répondeur prend les messages. Il est également possible d’envoyer un mail à [email protected] Un binôme composé d’un représentant de l’Espace de réflexion éthique et de France Assos Santé tentera de dénouer les situations.
 

Saede s’ouvrira aux mêmes problèmes dans les établissements médico-sociaux, et au-delà, "à tout type de rupture de dialogue", ajoute Jean-Michel Bruel.

En Nouvelle Aquitaine, la plupart des 25 premières sollicitations ont été réglées par le dialogue.

Pour les familles, les résidents et les professionnels.
Pour les familles, les résidents et les professionnels.

Sophie GUIRAUD
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
PENIBLE Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 07:53

C'est normal que cette institution règle les problèmes facilement : il n'y a pas de problèmes en soi, c'est le monde du "en même temps", la cacophonie des politiques qui est le problème. Exemple : VERAN qui dit que c'est inutile de se tester mais des EHPAD exigent des tests pour pouvoir seulement permettre à 2 personnes de faire un goûter avec leur senior le jour de Noël senior qui ensuite sera confine pendant une semaine dans sa chambre de 9m2 avec vue sur le mur d'en face.

tékitoa Il y a 1 mois Le 17/12/2020 à 07:05

s'ils vaccinent massivement les EPHAD, faudra alors rebaptiser ces établissements via l'appelation " ABATTOIR"