Montpellier : hier à la rue, "Pierrot de la Lune" et Bianca ont retrouvé un toit et une famille

  • Jeudi midi, dans le duplex meublé de Valérie qui l’a contacté après avoir lu l’article.
    Jeudi midi, dans le duplex meublé de Valérie qui l’a contacté après avoir lu l’article. MIDI LIBRE - Richard de Hullessen
Publié le , mis à jour

Paru jeudi, l’article sur Pierrot de la Lune, alors SDF, et sa chienne Bianca, a suscité une immense vague de solidarité. Magique.

"Tu es mon sauveur !" Il n’en finit plus de remercier. "Midi Libre" bien sûr, Laurent, Delphine, Sophie "de l’équipe de Rémy", et tous les autres, anonymes ou pas, qui lui ont adressé un message de soutien, confié un bon plan ou apporté une aide plus concrète.

À un point presque inespéré… "Merci à toi, à la vie, merci à toi pour ce miracle !", a-t-il notamment écrit sur son Twitter. Et surtout merci à vous, Valérie. Cette cheffe d’entreprise d’une PME du bâtiment dans la Métropole, a été particulièrement réactive. "J’ai lu l’article le matin, son histoire m’a touchée, je ne me suis pas posé beaucoup de questions, je l’ai contacté, explique-t-elle. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment. Peut-être parce que c’est la période des fêtes. J’ai un appartement que j’avais fait refaire en août, meublé, et libre. J’ai la chance de gagner ma vie mais je n’ai le temps de rien…", s’excuse-t-elle presque.

"Quand elle m'a appelé, je croyais que c'était une blague"

À midi, jeudi 10 décembre, jour de parution de l’article, Pierrot de la Lune était donc dans son nouveau chez lui, avenue de la Liberté… Valérie : "Je lui ai demandé s’il voulait qu’on aille faire trois courses. Il m’a dit que c’était bon… Si ça m’a émue ? Oui, on l’était tous les deux. Mais dans la mesure. Notre relation a été assez timide."

Elle l’héberge à titre gracieux jusqu’en janvier. Ensuite, ils établiront un bail. 400 € par mois, électricité comprise, comme Pierre-Alain (son vrai prénom) s’y était engagé puisqu’il touche le chômage. "Quand Valérie m’a contacté, j’ai sauté sur l’occasion. J’ai abandonné mes duvets, pris le bus… C’est un duplex !, dit-il avec enthousiasme. En bas, la salle à manger et la cuisine. En haut, une mezzanine, avec une chambre et une salle de bains. Franchement, quand elle m’a appelé, je croyais que c’était une blague. Et je ne pensais pas du tout que ce pourrait être un appart’comme ça. Je l’en remercie énormément !"

"J'ai dormi comme un bébé !"

Pierrot a commencé par profiter du calme, faire chauffer le cumulus pour se prendre une douche chaude "direct", "manger dans une assiette avec des couverts". Et cette première nuit ? "J’ai dormi comme un bébé !"

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule a dit le sage, en plus d’un toit, Pierre-Alain a retrouvé sa famille. Celle du côté de son père, Alain, avec qui le contact était rompu depuis la mort de celui-ci, dans l’Isère, quand Pierre-Alain avait 11 ans et avait été placé en foyer ; sa mère ne pouvant plus l’assumer.

"Quand j’ai lu l’article, j’ai tout de suite su que c’était lui, explique Colette, sa tante. Je ne l’avais plus revu depuis le décès de mon frère et je savais qu’il était SDF. On le cherchait depuis un moment. Ça me faisait de la peine mais on ne savait pas comment le joindre, ni où le joindre. Là, j’ai tout de suite appelé. Avec mon mari, on allait aller le chercher. Il était hors de question qu’il passe une nuit de plus dehors !"

Chez sa tante pour les fêtes : "Mon premier vrai Noël depuis mes 11 ans !"

Sa tante Colette, à Lunel-Viel, Pierre-Alain s’en souvient. Elle, sa maison, "la balançoire dans le jardin, le perroquet. Il me disait avec l’accent du Midi : "Viens, rentre dans ma cage". Et il est toujours là !", en sourit-il.

Avec Colette, ils ont parlé longuement. L’urgence passée, ils ont surtout pris rendez-vous. Pierrot de la Lune et Bianca ne passeront pas les fêtes tous seuls. "Il viendra trois, quatre jours à la maison pour Noël", confie-t-elle. Lui est ému : "Mon premier vrai Noël depuis mes 11 ans !"

Un toit, une famille et, pour que le conte de Noël soit complet… un job ? Valérie, son ange gardien, pourrait aussi être sa Mère Noël. "Il sait ce que je fais. S’il veut, il sait où me trouver, pour l’instant, je le laisse se remettre." Avec une autre proposition concrète pour effectuer des "petits boulots".

Et un dernier rêve : ouvrir son commerce associatif et aider les animaux. Il lui reste encore du chemin mais ça avance. Pierrot de la Lune a bien choisi son surnom. Et il l’a déjà presque décrochée.

Thierry JOUGLA
Sur le même sujet
L'immobilier à Montpellier

340000 €

Nous vous proposons un bel appartement t4 au 1er étage d'une superficie de [...]

212000 €

Idéalement situé à MONTPELLIER, logement de type T2 d’une surface habitable[...]

365000 €

MONTPELLIER - Hôpitaux FacultésSitué au nord de la ville, le quartier Hôpit[...]

Toutes les annonces immobilières de Montpellier