Nîmes : Bastide Médical, un véritable acteur de la crise sanitaire

  • Vincent Bastide : "On a créé de l’emploi sur l’activité web."
    Vincent Bastide : "On a créé de l’emploi sur l’activité web." dr
Publié le , mis à jour

En pleine croissance, l’entreprise nîmoise a connu un fort surcroît d’activité dans l’assistance respiratoire à domicile.

"Nous sommes encore méconnus du grand public, mais nous sommes le premier groupe français dans le maintien à domicile", relève Vincent Bastide, directeur général du groupe éponyme. Avec le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie, mais aussi l’augmentation des maladies chroniques et aiguës, les besoins accrus d’hospitalisation à domicile, la fourniture de matériel médical, l’équipement des maisons de retraite et son activité de prestataire de services avec l’assistance respiratoire, on est au cœur du métier de l’entreprise nîmoise. Aujourd’hui, Bastide Médical est même devenu un véritable acteur de la crise sanitaire.

À la Bourse de Paris, le titre s’est d’ailleurs valorisé 17,3 fois le bénéfice net par action escompté mi-2021 ; il s’est adjugé + 25 % depuis le mois de janvier et son cours a été multiplié par douze depuis son introduction à la Bourse de Paris en 1997. Pêle-mêle, les revues économiques saluent "une stratégie multispécialités convaincante, sa place parmi les leaders d’un marché encore fragmenté et son activité résistante face à la pandémie de Covid-19".

"On est passé de 30 à 27 000 appels par jour"

Bref, l’entreprise nîmoise ne connaît pas la crise. Mieux, elle a fait le choix de s’impliquer pleinement dans celle-ci. "On a commercialisé 48 millions de masques chirurgicaux ; on a pris 30 M€ sur notre trésorerie pour acheter ces masques et se doter de stocks, mais on les a commercialisés à prix coûtant ou avec une marge très faible. Nous avons eu une démarche citoyenne. Cela a permis de générer de l’activité dans nos magasins et a été aussi un vecteur de communication et de notoriété."

Ce surcroît d’activité a engendré de la création d’emplois. "Cela a évité de mettre plus de 10 % des salariés au chômage partiel et d’avoir recours au prêt garanti par l’État, analyse, aujourd’hui, son directeur général. On a créé de l’emploi sur l’activité web. Au plus fort de la crise on est passé de 30 appels à 27 000 appels téléphoniques par jour et multiplié par neuf notre chiffre d’affaires généré par notre site internet en passant de 130 000 € par mois à 1,1 M€."

Déménagement du siège vers les Costières 

Au-delà, cette croissance économique – 400 M d’€ espérés pour l’exercice 2020-2021 - induit, aujourd’hui, des projets. De la croissance organique avec une activité soutenue par le contexte actuel. "On vient de commander pour 15 M$ de gants, ce sont des consommables très courtisés", glisse Vincent Bastide. De la croissance externe aussi. Il y a quatre ans, c’était l’acquisition du groupe suisse AFPM, il y a deux ans celle du Britannique Baywater Healthcare.

"On a racheté, cet été, deux sociétés installées en Espagne, spécialisées dans l’assistance respiratoire et finalisé l’acquisition de trois sociétés françaises", souligne Vincent Bastide. Et deux nouveaux projets sont à l’étude sur l’Italie et le Québec. Tout cela doit s’accompagner d’un déménagement du siège du Groupe.

"Nos bâtiments actuels à Caissargues sont trop exigus, la vocation est de passer de 350 collaborateurs à plus de 400 à 500 salariés sur le bassin nîmois", boucle Vincent Bastide. À l’étude, une implantation de Bastide Médical à Nîmes dans un programme immobilier des Costières.

Midi Libre